Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Ressources
Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne : 0
aujourd'hui : 0
au total : 1343924

Annonces



Vous êtes dans Approfondissements > Les divinités celtiques / Inventaire des textes anciens / Belenos
Retour
Approfondissements : les divinités celtiques

Belenos



  • Tertullien: Apologétique, XXIV, 8, trad.: J.-P. Waltzing, Paris, Les Belles Lettres.

Chaque province, chaque cité a aussi son dieu à elle; ainsi la Syrie a son Astargatis, [...], le Norique son Belenos [...]




  • Hérodien: Histoire romaine depuis la mort de Marc-Aurèle jusqu'à l'avènement de Gordien III, trad. L. Havely, 1871, Paris, Firmin-Didot.

Crispinus, dit-on, ne persévérait si fortement à poursuivre la guerre commencée que parce qu'il y avait dans la ville un grand nombre d'aruspices, d'hommes habiles à lire dans les entrailles des victimes, et qu'ils donnaient les plus favorables augures. Les Italiens ont la plus grande confiance dans ces consultations mystérieuses. On publiait en outre quelques oracles qui annonçaient que le Dieu de la patrie promettait la victoire. Ils appellent ce dieu Belenos, l'honorent d'un culte presque fanatique, et prétendent que cette divinité n'est autre qu'Apollon. Quelques soldats de Maximin affirmaient que l'image de ce dieu leur était apparue dans les airs, combattant pour la défense de la ville. Je ne puis dire s'ils avaient vu réellement cette apparition, ou s'ils le supposaient, pour qu'une si grande armée n'eût pas à rougir de n'avoir pu résister à une troupe de citoyens bien inférieure en nombre, et qu'elle parût avoir été vaincue par les dieux et non par les hommes.




  • Julius Capitolinus: Vie des deux Maximin, XXII, 1-3, in Histoire Auguste, trad. André Chastagnol, 1994, Paris, Laffont " Bouquins ".

Donc comme le siège d'Aquilée se poursuivait sans résultat, Maximin envoya des ambassadeurs dans la ville. Le peuple aurait presque accepté leurs propositions si Menophilus et son collègue ne s'y étaient opposés en alléguant que même le dieu Bellenus avait affirmé par le truchement des haruspices qu'il fallait vaincre Maximin. C'est pourquoi les soldats de Maximin prétendirent ensuite, dit-on, qu'Apollon avait combattu contre eux et que la victoire était due en fait non à Maxime et au Sénat, mais aux dieux. Selon certains, néanmoins, ils auraient imaginé cette fable parce qu'ils avaient honte, eux qui étaient armés, d'avoir été vaincus par des gens qui étaient presque sans armes.




  • Ausone: Commemoratio, IV et X, trad. M. Jasinski, 1934, Paris, Garnier.

Quoique plus âgé que les précédents, Patera, illustre orateur, puisque tu as fleuri en ces derniers temps, et que jeune, je t'ai vu vieux, tu recevras l'hommage de mon chant funèbre, ô maître des puissants rhéteurs. Issu d'une famille druidique baiocasse, s'il faut en croire la renommée, tu tires ton origine du temple de Belenus; de là vos noms: à toi celui de Patera; ainsi les initiés nomment les serviteurs d'Apollon. Ton frère et ton père ont dû leur nom à Phébus, ton fils à Delphes. [...]
Je n'omettrai pas non plus le vieillard nommé Phébicius à qui un emploi au temple de Belenus ne rapporta aucun profit; mais issu, comme on le prétend, de famille druidique, dans la nation armoricaine, il obtint à Bordeaux une chaire grâce à l'appui de son fils.

Retour à la page Les divinités celtiques

 



Haut de page

M'envoyer un e-mail
www.arbre-celtique.com
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2017 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)