Accueil
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact  .
Forum
Encyclopédie

Livre d'Or
Dialogues
Rechercher

Ressources
Nous Aider
Contact


Nb de visiteurs
en ligne : 0
aujourd'hui : 0
au total : 1432378

Annonces



Vous êtes dans Approfondissements > Les légendes celtiques / Inventaire des textes anciens / Gargorix
Retour
Approfondissements : les légendes celtiques

Gargorix



  • Justin: Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée, XLIV, IV, 1-14, trad. Emile Chambry et L. Thély-Chambry, 1936, Paris, Garnier.

Le pays montagneux des Tartessiens, où l'on dit que les Titans firent la guerre aux dieux, fut habité par les Curètes, dont le plus ancien roi, Gargoris, inventa la manière de recueillir le miel. L'inconduite de sa fille lui ayant donné un petit fils, honteux de ce scandale, il chercha divers moyens pour faire périr l'enfant; mais une chance extraordinaire le sauva de tous les hasards et son aïeul, touché de tant de périls, le laissa parvenir au trône. Il l'avait d'abord fait exposer. Quelques jours après, il envoya rechercher son corps, et l'on trouva l'enfant allaité par diverses bêtes sauvages. Puis, rapporté à la maison, il le fit jeter au travers d'un sentier étroit par où le gros bétail avait l'habitude de passer. Là encore l'enfant ne fut pas touché et ne manqua pas de nourriture.

On le jeta alors à des chiens à jeun, auxquels on avait fait endurer la faim durant plusieurs jours, et ensuite à des porcs. Comme ces bêtes ne lui faisaient aucun mal, et que quelques-unes même le nourrissaient de leurs mamelles, le roi finit par le faire jeter à la mer. Alors la volonté des dieux se manifesta très clairement: au milieu des vagues en fureur et des mouvements de la marée, il fut ramené doucement au rivage, comme si un vaisseau, non le flot, l'eût porté, et, quelques moments après, une biche se présenta pour offrir ses mamelles au bébé. Puis, en vivant avec cette nourrice, l'enfant acquit une merveilleuse légèreté, et il parcourut longtemps les montagnes et les bois, aussi rapide que les troupeaux de cerfs parmi lesquels il était mêlé. A la fin, pris au lacet, il fut donné en présent au roi. Celui-ci reconnut alors son petit-fils à la ressemblance des traits et à certaines marques imprimées sur le corps de l'enfant à sa naissance. Etonné de tant de hasards et de périls, il le destina à lui succéder sur le trône.

On lui donna le nom d'Habis. Quand il eut été élevé au trône, il fit preuve de tant de génie qu'on reconnut que ce n'était pas en vain que la puissance divine l'avait arraché à tant de périls. Il soumit à des lois son peuple barbare; il lui enseigna le premier à atteler les bœufs à la charrue et à demander du froment au sillon, et, se souvenant de ce qu'il avait souffert lui-même, il força les hommes à quitter leur nourriture sauvage pour des aliments plus doux. Les aventures paraîtraient fabuleuses, si la tradition ne nous apprenait que les fondateurs de Rome ont été nourris par une louve, et Cyrus, roi des Perses, allaité par une chienne. Il interdit aussi à son peuple les métiers serviles et le distribua en sept villes. Habis mort, sa couronne resta plusieurs siècles aux mains de ses successeurs.

Retour à la page Les légendes celtiques

 



Haut de page

M'envoyer un e-mail
www.arbre-celtique.com
Accueil | Forum | Livre d'or | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 


IDDNSite protégé. Utilisation soumise à autorisationIDDN
Conception : Guillaume Roussel - Copyright © 1999/2017 - Tous droits réservés - Dépôts INPI / IDDN / CNIL(1006349) / SCAM(2006020105)